Inscrivez-vous à notre newsletter :

Regards sur l’Algérie 28 novembre 2017 - 2 décembre 2017

Territoires imaginaires et cartographie cinématographique

Quelles nouvelles du cinéma algérien  ? On se souvient de l’extraordinaire jubilation provoquée par la découverte du travail de Tariq Teguia en 2008, avec la sortie de Rome plutôt que vous. Bonheur  : ce désir de liberté cinématographique se retrouve dans les films, récents, de toute une génération de cinéastes documentaristes, femmes et hommes, algériens. Formes singulières qui explosent toute définition fermée du cinéma du réel, les œuvres inventives présentées ici nous proposent de découvrir les territoires foulés ou imaginaires de leurs auteurs, qui, pour la plupart, accompagneront les séances de projection. Des films portées par des réalisateurs attentifs à dessiner une carte sans cesse renouvelée de l’Algérie contemporaine et de ses fantômes. Leur puissance est aussi, surtout, politique, n’ayant de cesse de mettre en lumière l’état de confusion économique et morale de la société algérienne, d’interroger l’identité nationale et le rapport du pays à son histoire. Et les années 90, terribles, présentes dans tous les esprits, dans tous les corps.

Partenaires

Une programmation mise en place en partenariat avec le festival Filmer à tout Prix, le cinéma Nova et la Scam Belgique.

<p><a href="http://www.nova-cinema.org/" class='spip_url spip_out auto' rel='nofollow external'>http://www.nova-cinema.org/</a></p>,
<p><a href="http://www.gsara.tv/fatp/" class='spip_url spip_out auto' rel='nofollow external'>http://www.gsara.tv/fatp/</a></p>,
<p><a href="http://www.sacd.be/" class='spip_url spip_out auto' rel='nofollow external'>http://www.sacd.be/</a></p>

28 novembre 2017, 19h00

Séance accompagnée par Dania Reymond

  • Le jardin d’essai

    Dania Reymond, Algérie, France, 2016
    Un tournage de film qu’il est difficile de mener à bien, une équipe de comédiens baladée par un réalisateur chiche en information sur les conditions de réalisation de sa proposition cinématographique…Tourné au coeur du superbe jardin botanique d’Alger, (...)
  • La tempête

    Dania Reymond, France, 2016
    Choisie par le GREC et le Centre national des arts plastiques en France pour réaliser un court métrage autour de la «  première image  », Dania Reymond, artiste plasticienne diplômée du Fresnoy, décide de partir d’un livre de Tahar Djaout, «  Les (...)
Projection : Numérique
28 novembre 2017, 21h00
  • Bla Cinima

    Bla Cinima, Algérie, France, 2014
    Alger, place Meissonier, une petite fille, en discussion avec Lamine Ammar-Khodja, clame son amour pour les films de vampire et Titanic. Joyeuse, mutine, elle s’improvise reporter et questionne son voisin de rue sur son rapport au cinéma. Maya (...)
Projection : Numérique
29 novembre 2017, 19h00
  • Dans ma tête un rond point

    Hassen Ferhani, Algérie, France, 2015
    Réalisateur ancré dans son territoire, Hassen Ferhani filme Alger. Ici il s’installe dans un abattoir en pleine ville. Mais de la fonction d’un abattoir, Hassen Ferhani montre peu, à peine quelques bêtes écorchées aux détours d’un cadre, un taureau (...)
Projection : Numérique
30 novembre 2017, 19h00

Projection accompagnée par Mohamed Ouzine.

  • Samir dans la poussière

    Mohamed Ouzine, Algérie, France, 2016
    Samir s’interroge sur les motivations du filmeur, venu de France : «  Je te vois filmer les cactus, la rivière, les montagnes, des trucs comme cela. Je ne vois pas ce qui te plaît dans ce bordel, ce pays, cette crasse". Nous, on voit  : les (...)
Projection : Numérique
30 novembre 2017, 21h00

Projection en présence de Djamel Kerkar

  • Atlal

    Djamel Kerkar, Algérie, France, 2016
    Dans son premier long métrage, Djamel Kerkar se cogne les fantômes de son pays et travaille à faire ressurgir la mémoire des années noires (1991-2002), au cours desquelles plus de 200 000 personnes perdirent la vie. Atlal s’ouvre sur des images (...)
Projection : Numérique
2 décembre 2017, 16h00

Film suivi d’une rencontre avec Habiba Djahnine.

  • Lettre à ma soeur

    Habiba Djahnine, Algérie, France, 2006
    «  En 1994 Nabila m’écrit une lettre, elle me raconte l’escalade de la violence, la répression, les assassinats, les espoirs si maigres et son désarroi face à l’action quasi impossible en ces années de plomb. J’étais alors partie vivre pour quelque temps (...)
Projection : Numérique