Inscrivez-vous à notre newsletter :

Regards sur le Travail - Edition 19 1er novembre 2016 - 30 novembre 2016

— Du 1er au 30 novembre 2016 —

En lutte pour mon travail / Mon travail c’est une lutte – Image documentaire et réalités professionnelles.

PROGRAMMATION EN LIGNE (pas de date pas d’heure, c’est normal). Cliquez sur ICI

La programmation Regards sur le Travail alimente, depuis près de 20 ans, en films et en réflexion la question du travail, un enjeu social, économique et politique contemporain majeur.

Cet automne, elle revient en ligne sur invitation du Festival des Réalités Sociales Coupe Circuit. Elle est à découvrir sur leur site du 1er au 30 novembre 2016

Regards sur le Travail donne la parole à des cinéastes à l’écoute de l’expérience intime des femmes et des hommes face à leur travail. Telle Eve Duchemin, dont le film En bataille (2016) est témoin de la sensation de vertige d’une directrice de prison face aux tâches immenses demandées par sa fonction. Quels possibles professionnels pour des jeunes en mal d’orientation, se demande Stephan Castang, avec son film Jeunesses françaises (2011) ? Et comment retrouver le chemin du travail s’interrogent des personnes sans emploi en but à des demandes administratives absurdes dans Bureau de chômage d’Anne Schiltz et Charlotte Grégoire (2015) ?

Et dans la grande comédie humaine de l’emploi, chacun(e) joue le rôle qui lui est assigné, qu’elle/il soit aide ménagère, médiateur social ou employée de Télé Secours. Malgré l’adversité, et avec conviction, comme le mettent si bien en évidence les films d’Inès Rabadan (Karaoké Domestique – 2014), Anne Levy-Morelle (Casus Belli – 2015) et Alexandra Laffin (Au secours – 2015).

En ces temps troubles de restructuration, nombreux réalisateurs se font aussi compagnons des luttes des ouvriers pour leur emploi, et plus encore, pour leur dignité : Marie Anne Thunissen revenant sur l’histoire des Femmes-machines (1996) de la FN d’Herstal, Jan Vromman sur les chantiers de construction navale Boelwerf dans Tant que chanteront les constructeurs de navire (1999), Françoise Davisse aux côtés des salariés de PSA-Peugeot dans Comme des Lions (2015), Luc Joulé et Sébastien Jousse avec ceux de la SNCF dans Cheminots (2009).

Enfin, Regards sur le travail, c’est également la possibilité de se replonger dans l’histoire sociale de la Belgique, avec deux films de patrimoine saisissants : l’un revient sur les conditions de vie des travailleurs étrangers dans les régions minières (Des terrils et des turcs – 1967), l’autre est un film militant qui interroge la place des femmes dans le monde du travail (Bernadette, Anne, Claudine et leurs camarades - 1978).

Bon visionnage, on vous promet de beaux échanges avec votre entourage autour des films...

Partenaires

Une programmation élaborée dans le cadre du Festival

<p><a href="https://www.gsara.be/coupecircuit/" class='spip_url spip_out' rel='external'>https://www.gsara.be/coupecircuit/</a></p>

organisé par le GSARA

  En bataille Mon travail c’est une lutte

En bataille

Eve Duchemin, Belgique, 2016

Portrait d’une directrice de prison dans le Nord de la France. Comment garder le cap de ses convictions face aux difficultés du métier ?

Sélectionné au Festival International du Film Francophone de Namur - FFIF 2016

Jeunesses françaises Mon travail c’est une lutte

Jeunesses Françaises

Stephan Castang, France, 2011

Face à leur conseiller d’orientation, déroutant, des jeunes tentent d’expliquer leurs projets de vie professionnelle et espèrent trouver une oreille attentive.

Festivals :
Prix de la Compétition Décalée du Festival du Cinéma Européen de Lille 2012.
Mention spéciale pour l’ensemble de l’interprétation au Festival « C’est trop court » de Nice 2012.
Prix du public et Grand prix Kinoma 2012.
Prix du GNCR et Mention spéciale du Jury au Festival Côté Court de Pantin 2013.

Bureau de chômage Mon travail c’est une lutte

Bureau de chômage

Une administration, des bureaux cloisonnés, des personnes assises en vis-à-vis. D’un côté de la table, des chômeurs. De l’autre, des contrôleurs. L’enjeu des entretiens : le maintien des allocations de chômage. La rigidité de la procédure s’oppose à la singularité des hommes et des femmes qui y sont soumis.

Lire la critique de Cinergie (Léo Dupont) sur le film : ICI

Sélection et prix :
Festival International du Film Francophone - Namur, Octobre 2015
Festival Filmer à Tout Prix - Bruxelles, Novembre 2015, Prix Cinéart
Festival Ramdam - Tournai, Janvier 2016
Festival Elles Tissent La Toile - Charleroi, Mars 2016

Des terrils et des Turcs Mon travail c’est une lutte

Des terrils et des Turcs

Jean-Michel Barjol, Belgique, France, 1967

Le film se veut un instantané de la vie à l’ombre des terrils des immigrés turcs venus travailler en Belgique dans les années soixante. Produit à l’époque en collaboration avec l’institut de sociologie de l’ULB et le ministère du travail, il nous livre un passionnant témoignage sur les conditions de vie des travailleurs étrangers dans les régions minières, et aussi du regard alors posé sur eux par leur pays d’accueil, relevant avec une bienveillance toute paternelle l’insolite de leurs pratiques culturelles.

Bernadette, Anne, Claudine et leurs camarades Mon travail c’est une lutte

Bernadette, Anne, Claudine et leurs camarades

Marian Handwerker, Belgique, 1978

Le film donne la parole à des ouvrières qui témoignent de leurs vies professionnelle et familiale. Elles livrent à l’écran une réflexion lucide et toujours d’actualité sur leur condition de femme, les obligations et avancées obtenues tant dans le monde du travail qu’au sein de leur propre foyer.

Tant que chanteront les constructeurs de navire - Ivresse ! En lutte pour mon travail

Tant que chanteront les constructeurs de navire (Ivresse – 1969-1986)

(Zolang er scheepsbouwers zingen (Roes 1969-1986))
Jan Vromman, Belgique, 1999

« Ce sont des années merveilleuses, un monde équitable où tout serait possible, d’autres rapports sociaux notamment…L’ouvrier conscientisé ne s’oppose pas seulement au patron pour défendre ses droits mais des tensions existent aussi avec les représentants officiels des syndicats. Mais le syndicalisme de combat devient un syndicalisme de concertation. En même temps, l’entreprise entre dans la tourmente » (Jan Vromman).

Comme des lions En lutte pour mon travail

Comme des lions

Françoise Davisse, Belgique, 2015

Le documentaire retrace les deux années de lutte pour leur emploi, de 2011 à 2013, de salariés de l’usine PSA d’Aulnay-sous-Bois, promise à la fermeture.

Lire la critique de Cinergie (Serge Meurant) sur le film : ICI

Festivals :
Filmer à Tout Prix, Bruxelles 2015 - Prix de la RTBF et Prix de la Presse.
Festival Premiers Plans, Angers 2016 - Sélection officielle, programmation « REBELLES ».
Festival Filmer le Travail, Poitiers 2016 - Film d’ouverture.
Visions sociales, Cannes 2016.

Cheminots En lutte pour mon travail

Cheminots

Luc Joulé, Sébastien Jousse, France, 2009

À travers un voyage inédit dans les différents sites ferroviaires de Provence-Côte d’Azur et en filigrane des nombreux témoignages de tous les métiers en jeu, se dessine une évidence : les valeurs qui fondent l’entreprise de service public depuis toujours sont aujourd’hui confrontées à une nouvelle organisation du travail. La solidarité cède la place à l’isolement, la communauté à la division. Alors que la culture managériale se sub- stitue à la culture cheminote, que devient le rap- port au travail ? Comment les cheminots vivent-ils ces bouleversements profonds ? Le train continue- t-il de structurer le territoire et l’espace social ? Autant de questions, nourries des réflexions du cinéaste Ken Loach et du grand résistant Raymond Aubrac, auxquelles les déclarations des cheminots, précises et fouillées, captées dans leur vérité et leur humanité apportent un éclairage primordial pour qui veut décrypter les transforma- tions que subit actuellement le monde du travail. (extrait du dossier de presse)

Femmes machines En lutte pour mon travail

Femmes-machines

Marie Anne Thunissen, belgique, 1996

En février 1966, les 3 000 "femmes-machines", qui travaillent dans les halls de la fabrique nationale d’armes de guerre de Herstal, se mettent en grève. Elles revendiquent l’application de l’article 119 du traité de Rome qui prévoit l’égalité de salaire pour un travail égal. Leur grève dure douze semaines et a des répercussions nationales et internationales importantes. La réalisatrice, décédée en janvier dernier, a revisité les événements 30 ans après.

Casus Belli La comédie du travail

Casus Belli

Anne Lévy-Morelle, Belgique, 2014

Un documentaire qui nous permet de découvrir le rôle essentiel des juges de paix et médiateurs sociaux, fonctionnaires du « vivre ensemble ».

Lire l’entretien de Cinergie (Sarah Pialeprat) avec Anne Lévy-Morelle : ICI

Festivals :
Be Festival, Bruxelles 2014.
Justice et Cinéma, La Rochelle 2015.
Cinéma Vérité, Téhéran (IRAN) 2015.
Les Hivernales du Doc, Molières 2016.

Karaoké Domestique La comédie du travail

Karaoké domestique

(Karaoké Domestique)
Inès Rabadan, Belgique, 2013

Dans toutes les maisons, quelqu’un doit ranger, nettoyer, lessiver. Mais qui ? La réalisatrice se fait ici personnage et met en jeu nos représentations des patronnes et des employées. Un documentaire déstabilisant.

Un film réalisé en coproduction avec le CBA.

Au secours La comédie du travail

Au secours

Alexandra Laffin, Belgique, 2015

Vie de bureaux dans les locaux de Télé-Secours. Au service des malades isolés faisant appel à leur service, les employés de l’asbl, font face et trouvent des solutions.

Lire la critique de Cinergie (Anne Feuillère) du film : ICI

Festivals :
Festival International du Film Francophone, Namur, FIFF 2015.
FIPA, Biarritz 2015.
Festival du Film Documentaire de Lasalle (France) 2015.
Pärnu Film Festival (Estonie) 2015.
DokumentART (Neubrandenburg, Allemagne) 2015.